Le tourisme, un atout majeur pour l’économie française

tourisme-06Corapporteur au nom de la commission sénatoriale pour le contrôle de l’application des lois, d’un rapport d’information sur l’application des dispositions de la loi n° 2009-888 du 22 juillet 2009 de développement et de modernisation des services touristiques, le Sénateur Louis Nègre défend avec force le secteur touristique, véritable atout pour l’économie française. Lors des débats sur la pertinence du dispositif légal encadrant l’industrie du tourisme en France, le Sénateur du département des Alpes-Maritimes dont chacun connait le potentiel économique et le rôle important qu’il représente, Louis Nègre a rappelé que le tourisme est un gisement exceptionnel d’emplois et de ressources pour notre pays. Cependant, il doit faire face à une concurrence internationale féroce, et ce dans un contexte de diminution de l’aide publique. Notre pays poursuit-il ” doit impérativement prendre conscience de la nouvelle donne mondiale dans le secteur du tourisme, afin de le renforcer et de le valoriser au maximum, compte tenu de son impact extrêmement favorable pour l’économie de la France”.

> lire l’intervention du Sénateur

> le rapport sénatorial

Sauver le ferroviaire français

C’est un véritable plaidoyer en faveur du ferroviaire auquel le Sénateur Louis Nègre s’est livré lors de l’examen de la proposition de résolution européenne relative au quatrième paquet ferroviaire européen. Le Sénateur a défendu une concurrence régulée à condition que la régulation n’étouffe pas la concurrence ! Déclarant que ” La SNCF, qui fait partie du patrimoine national, est une entreprise prestigieuse, reconnue à l’étranger”, Louis Nègre a poursuivi expliquant en substance que sauver  le soldat SNCF signifiait accepter une concurrence régulée, faute de quoi elle s’endort, puisque rien ne la stimule. Il faut donner du temps au temps, entend-on souvent. Mais le premier paquet ferroviaire a été adopté en 1991 et depuis, nous faisons tout pour bloquer l’ouverture à la concurrence.

> lire l’intervention de Louis Nègre