Les voies navigables de France : la relance

indexLouis Nègre a tenu a tout d’abord à s’adresser au Président de séance et au Ministre des Transports en ces termes : ” Le présent texte a fait l’objet d’une première  lecture consensuelle dans chacune des deux assemblées. Cela est suffisamment  rare pour  être noté ! ”
Le gouvernement avait le choix entre laisser se creuser un peu plus l’écart de croissance et de compétitivité avec ses voisins du nord de l’Europe ou entreprendre une réforme majeure de l’organisation du service public de la voie d’eau. Le Gouvernement a préféré l’action à l’immobilisme en déposant ce projet de loi relatif à Voies navigables de France, sur lequel les deux chambres se sont maintenant prononcées en première lecture. Conformément aux engagements du Grenelle de l’environnement, le gouvernement a mis en place une politique volontariste en faveur du transport fluvial.
Le Ministre des Transports, Thierry Mariani, a rappelé que « le principal objectif consiste à renforcer le report modal vers la voie d’eau et à faire évoluer la part cumulée du fret ferroviaire et du fret fluvial de 14 % à 25 % du fret global à l’échéance de 2022 ».
Ce projet de loi est « l’aboutissement de discussions riches, parfois techniques, toujours guidées par une volonté commune de développer le transport fluvial et le report modal en France ».

> Lire l’intervention de Louis Nègre


Nomination en qualité de Vice-président de la commission de contrôle des lois

statue-de-la-loiGrâce à ses nombreuses interventions tant en commission qu’au sein de l’hémicycle et à son travail parlementaire, Louis NEGRE a été désigné par le Groupe UMP pour le représenter au sein d’une nouvelle Commission de contrôle des lois, organisme sensible puisqu’il est notamment chargé de contrôler la mise en application des lois par les ministères (décrets, etc…) et notamment dans les domaines des transports, de l’environnement et de l’aménagement du territoire.

Le Sénateur Louis Nègre, membre du bureau, participera donc aux travaux de cette commission qui s’effectueront en synergie avec les commissions permanentes pour permettre un examen en profondeur des textes, “des lacunes et des difficultés de toute nature qui sont actuellement autant d’obstacles à l’application réelle des textes législatifs”.