Péage urbain le Sénateur débat sur France Info

france-info-logo1Louis Nègre répond aux questions de Jean Leymarie, journaliste à France Info, sur le vote favorable de la Commission Mixte Paritaire relative au Grenelle 2 (suite à un amendement du Sénateur des ALpes-Maritimes) qui donne la possibilités  aux agglomérations de plus de 300.000 habitants d’instaurer, si elles le souhaitent, un péage urbain.
Un débat avec Annick Lepetit, Députée de Paris, Adjointe au Maire de Paris chargée des déplacements, des transports et de l’espace public.

 Écoutez l’interview :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Rencontres Internationales de la Voiture Ecologique

 

ales

Un événement incontournable aujourd’hui

En tant que rapporteur du Grenelle de l’environnement au Sénat sur le volet transport mais aussi menant une mission sur les véhicules décarbonés à la demande de Jean-Louis Borloo, je soutiens et j’accompagne fortement l’initiative des RIVE d’Alès.

Ces rencontres arrivent à un moment essentiel où l’Etat lance un appel d’offres pour acheter des véhicules électriques avec des entreprises, où le gouvernement va s’impliquer sur le réseau et l’installation des prises de recharge pour les véhicules décarbonés sur notre territoire.

Nous devons profiter d’Alès pour faire le point avec les collectivités locales sur leurs besoins et se poser les questions nécessaires pour accompagner ce changement important des mentalités.

 

ales

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AFP - Une cinquantaine de voitures hybrides ou électriques, des essais sur un circuit, des débats réunissant industriels, élus, gestionnaires de flottes publiques ou privées: la ville d’Alès était jusqu’à jeudi soir la capitale des véhicules écologiques.

 

Sur le parking qui jouxte le circuit du Pôle mécanique, où se tiennent les premières Rencontres internationales des voitures écologiques (RIVE 2010), un ballet d’automobiles s’organise, sans un bruit.

 

S’apprêtent à s’élancer un roadster blanc de deux places, aux allures de bolide, 100% électrique, et une Peugeot 3008 hybride diesel-électrique dont le prince Albert de Monaco a pris le volant mercredi, avec à ses côtés la secrétaire d’Etat au Développement durable, Valérie Létard.

 

Dans un discours, le prince a dit réfléchir “à ce que Monaco intègre le réseau” des 13 villes françaises qui déploient des infrastructures de recharge des véhicules électriques.

 

C’est le club des voitures écologiques qui est à l’origine de cette manifestation principalement professionnelle, le public n’y ayant accès que jeudi après-midi, sans possibilité de tester les véhicules.

 

“Nous avons fait le constat qu’il n’existait ni lieu, ni moment pour échanger sur la thématique des voitures écologiques”, a expliqué Thierry Teyssier d’Orfeuil, le délégué général du club.

La France, a rappelé Mme Létard, s’est “fixé un objectif de division par quatre des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050 dans le cadre du Grenelle de l’environnement”. Et l’objectif du gouvernement est de voir circuler deux millions de véhicules électriques et hybrides d’ici à 2020.

 

Il était donc indispensable, selon M. Teyssier d’Orfeuil, de “dresser un état des lieux politique, industriel et sociétal” sur cette question et surtout de proposer des véhicules à l’essai “pour que chacun puisse juger de leur diversité et de leurs performances”.

 

De grands constructeurs étaient donc présents à Alès, couvrant une gamme très large de motorisations: Peugeot qui, outre la 3008, exposait la Ion, 100% électrique, commercialisable fin 2010, Renault, avec la Fluence électrique, ou Honda, avec la FCX Clarity, une voiture électrique hydrogène, offerte pour la première fois aux essais.

 

Toyota était aussi présent avec la Prius au gaz naturel de ville, tout comme Alfa Romeo avec la Mito au GPL…

 

Pour autant, ces rencontres étaient loin de se présenter comme un salon de l’auto. Il était plutôt question de débattre sur l’urgence environnementale - le parc automobile mondial devrait presque doubler d’ici à 2050, passant de 1,2 à 2 milliards de véhicules -, l’impérieuse nécessité de proposer une alternative à la dépendance pétrolière, les questions d’infrastructures et le rôle des collectivités locales et de l’Etat pour accélérer l’achat de véhicules écologiques.

“Nous, on est venu témoigner sur le fait que l’électrique, c’est une réalité”, a ainsi déclaré Sylvain Fresnault, directeur des achats du courrier de La Poste. Une entreprise qui ambitionne d’avoir l’équivalent de 10.000 voitures électriques à l’horizon 2015, soit le quart de son parc automobile.

 

M. Fresnault est catégorique: “le véhicule électrique est parti. Maintenant, la vitesse à laquelle il va se déployer va dépendre d’un certain nombre de facteurs: la production, le nombre de compétiteurs, la stabilisation des technologies, les aides gouvernementales…”.

© 2010 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

 

photo : Le Sénateur Louis Nègre aux côtés notamment de SAS le Prince Albert II de Monaco et de Valérie Létard, Sécrétaire d’Etat aux technologies vertes.