Sécurité dans les transports : il faut se donner les moyens !

gareÀ la suite des événements intervenus au mois d’août dans le Thalys, une commission d’enquête sur la question de la sécurité dans les gares a été créée. Le rapport d’Alain Fouché, de la commission de l’aménagement du territoire et de François Bonhomme, de la commission des lois, prépare  l’examen d’une proposition de loi issue de l’Assemblée nationale sur la sécurité dans les transports. En commission, le Sénateur Louis NÈGRE a exploré plusieurs pistes.

« Oui à une entité unique de coordination, au lieu des usines à gaz, spécialité française. Simplifions le système actuel. Mais ce travail arrive trop tard, la priorité devrait être accordée au renseignement. L’État doit se donner les moyens nécessaires. Sous l’impulsion de Christian ESTROSI, la métropole Nice Côte d’Azur développe la vidéo-protection, avec de très bons résultats dans le tramway. Le nouveau président de la région a aussi décidé d’installer des caméras dans tous les trains régionaux.

Le maire que je suis a donné une caméra piéton à tous les officiers de la police municipale ; c’est l’arme non létale la plus efficace pour calmer tout le monde, y compris les automobilistes ! Bien sûr, cela ne suffit pas face aux kalachnikovs dans les quartiers nord…

Je suis d’accord avec le refus d’accès au train en cas de non-soumission au contrôle, le contrôle par des agents en civil, les fouilles préventives. Pourquoi ne pas donner des habilitations spécifiques lorsqu’on voit que certaines personnes sous le coup d’une fiche S occupent des postes sensibles ? 350 000 personnes travaillent dans les transports : qui contrôler, par qui ? Le ministère de l’intérieur n’y arrivera pas, il faut des mesures simples et pragmatiques. L’État doit dire quel type de personnel doit être contrôlé.

Je suis moins réservé que vous sur l’utilité du contrôle par des portiques. Je les ai vus fonctionner en Chine, pays confronté au même problème d’attentats terroristes, avec parfois trois contrôles successifs dans les métros. Cela a nécessité de modifier l’organisation de la gare, sous maîtrise d’œuvre française, dont le nombre d’entrées a été dû être réduit de dix à une seule.

La surveillance en temps réel soulève des difficultés : elle se traduit par des centaines de murs d’images, qui supposeront du personnel pour les faire fonctionner et entraîneront des coûts supplémentaires. Les avez-vous évalués ? Qui paiera ? À défaut, c’est nous, élus, en tant qu’autorités organisatrices de transport, qui paierons.

Le transfert de la police des transports à l’intercommunalité me pose problème : c’est un transfert de charges supplémentaires et je pensais que les pouvoirs de police étaient régaliens. On transfère déjà la responsabilité de la police nationale aux maires. Dans mon département, on attend longtemps lorsqu’on compose le 17. Mieux vaut appeler la police municipale, pour obtenir une réponse rapide, et c’est moi, le maire de Cagnes-sur-Mer, qui paie ! En cas de transfert, l’intercommunalité devra se doter de moyens financiers supplémentaires. Ce n’est pas mon collègue Rémy Pointereau qui me contredira sur les transferts de charges ! Si vous transférez les pouvoirs de police, vous déshabillez le maire, et il n’existera plus. »

Le Sénateur rend compte de ses activités

Publication de la 11é édition de la Lettre du Sénateur des Alpes-Maritimes

Au sommaire :

- Inondations, une délégation sur le terrain

- Rapport budgétaire sur les transports ferroviaires

- Question d’actualité sur le terrorisme islamique

- Table ronde sur le diesel

- Initiatives en faveur des Alpes-Maritimes

- Amendements

- Questions au Gouvernement

- La dépénalisation du stationnement en discussion à Matignon

- Inauguration de Polygone Rivera à Cagnes-sur-Mer, centre commercial du XXIé siècle

- Rencontres nationales du transport public

Meilleurs vœux 2016.

> découvrez l’édition numérique

Nomination au Haut Comité du système de transport ferroviaire

newsLe Sénateur Louis NÈGRE, Président de la Fédération des Industries Ferroviaires est nommé membre du Haut Comité du système de transport ferroviaire par arrêté publié, le 10 décembre 2015, au Journal officiel de la République française.

Créé dans le cadre de la réforme ferroviaire entrée en vigueur en janvier 2015, le Haut Comité « a pour mission d’éclairer le Gouvernement et le Parlement sur la situation du système ferroviaire national et ses évolutions envisagées ou prévisibles », explique le décret du 30 avril 2015.
Il peut également se saisir de toute question relevant de sa compétence. Il est présidé par le ministre chargé des transports, ou son représentant.

La première réunion de ce Haut Comité se tiendra début 2016. Elle devrait permettre au Haut Comité de se prononcer sur le rapport stratégique d’orientation prévu par la loi du 4 août 2014, qui présentera, dans une perspective pluriannuelle, les différents axes de la politique du Gouvernement en matière de transports et notamment de transport ferroviaire.

Question au gouvernement sur le contrôle des islamistes

2015-0804-003-skLe terrorisme islamiste a causé le 13 novembre un massacre sans précédent dans notre pays.

C’est la France pour ce qu’elle est, pour son mode de vie, pour son goût pour la liberté qui a été attaquée. Parmi les islamistes qui ont participé au massacre du Bataclan, il y avait Samy Amimour, jeune français de Drancy et ancien chauffeur de bus à la RATP. Ce dernier, après un premier départ raté pour le Yémen, avait été mis en examen en 2012, placé sous contrôle judiciaire et ses papiers lui avaient été retirés. Mais il semblerait qu’il ait pu obtenir à nouveau des papiers.

Monsieur le Premier Ministre, pouvez vous nous éclairer sur ce point précis ?

Par ailleurs, nouvelle faille, il ne s’était plus présenté, depuis plus de deux mois,  aux contrôles stricts auxquels il devait pourtant se soumettre. Il était parti en Syrie, et malheureusement, il a pu en revenir sans aucune difficulté, pour commettre le massacre du 13 novembre à Paris.

Comment tout cela a-t-il été possible ?

Monsieur le Premier Ministre, comment expliquez-vous de tels dysfonctionnements des services ?

question d’actualité